Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog du RTMC. Moto-club atypique (Raging Tamaloù Motor Club) basé en Périgord

Mont Ventoux, mai 2010

, 21:51pm

BALADE DU MONT VENTOUX ? MAI 2010

 

 

Bonjour à tous,

le RTMC a organisé récemment sa sortie annuelle sur plusieurs jours. Nous avons fait une très belle balade, prolongée jusqu'au mont Ventoux, et retour naturellement. Quatre jours, plus de 2000 km et pas une goutte de pluie sur la moto parce que nous avons eu la chance de passer à la fois entre les orages et avant les dépressions.

Départ par la route qui remonte l’Auvézère, Puis cap au nord-est afin d'éviter l'autoroute A89. On retiendra de cette première journée essentiellement la portion du plateau des 1000 vaches Treignac/ Bugeat/La Courtine/ Pontaumur. Des petites routes désertes, avec, vous vous en doutez, autant de virages qu'on peut souhaiter, des étendues de forêts sauvages, peu, voire pas de circulation, le bonheur motard à l'état pur.

 

http://www.jedecouvrelafrance.com/f-3698.correze-plateau-millevaches.html

 

http://www.vacanceo.com/albums_photos/fiche-album_27302.php

 

La situation se gâte ensuite lors de la descente sur Chatelguyon. Les routes deviennent larges et fréquentées, les paysages cultivés sont imprégnés de présence humaine, et à l'exception d'un lac de retenue assez sympathique, il y a peu à voir. Les orages me rattrapent au cimetière, ajoutant à l'ambiance du lieu leur touche personnelle de catastrophe, de vent, de pluie, de tristesse.

La traversée de la plaine de la Limagnedoit être évitée absolument pour ce qui s'agit d'un endroit surpeuplé, hyper industrialisé, circulation démente, et tellement cultivée que l'on a l'impression de conduire entre deux sillons de labour.

La remontée de l'allier est à peu près aussi désastreuse à tel point que il ne faut pas hésiter un moment à tourner à droite pour rejoindre la petite ville de Cunlhat.

Fatigués par une grosse journée de conduite, nous décidons de chercher un hébergement autour de cette petite ville touristique, qui présente des hébergements de vacances surannées pourtant très agréables. Par chance, en cherchant, nous tombons sur des roulottes à louer pour la nuit. Hébergement propre, hyper confortable, tenu par un type très sympa, qui nous fera à manger alors que nous sommes seuls dans son four à pizza au feu de bois. Un régal aussi bien pour les yeux, ou le ventre, et une nuit de sommeil irréprochable.

 

http://www.roulottes-de-campagne.com/index.php?p=175&id=27&lang=fr

 

Deuxième jour.

L'aube aux doigts d'or de la légende nous réveille de très bonne heure. À 8:30, comme convenu, Laurent le patron nous portant du pain et des viennoiseries tout chauds, cuits dans son four à pizza, nous trouve habillés, moto chargée, roulotte rangée. Cap au sud-est vers Brioude et les gorges de l'Allier. Matinée très agréable à travers ce qu'ils appellent le haut pays, et qui s'étend sur une vingtaine de communes forestières autour de la charmante localité de Saint Germain L'Herm.

 

http://www.france-voyage.com/

 

http://www.stgermainlherm.com/

 

 Un plateau d'une altitude moyenne de 1000 m, des petites routes sauvages et désertes, de belles forêts de sapins, un soleil éclatant, tout pour être heureux. A un moment nous nous perdons et le Tom Tom nous fait rejoindre le bon itinéraire par...une dizaine de Kms de pistes forestières!! Attention au paramétrage pour ceux qui ont des sportives basses de carénage!

Le seul intérêt de la région de Brioude, est de permettre l’accès à la vallée de l'Allier.

 

http://www.haut-allier.com/

 

La remontée de cette rivière mythique pour tout pêcheur à la mouche est une partie de moto très agréable, même si elle peut être attristé par une excursion vers un petit village typique et désert de la Haute-Loire. L'itinéraire choisi, Lavoûte-Chignac, Langeac, Monistrol d'Allier, Langogne permet tantôt une vue plongeante sur la rivière, tantôt suit cette dernière au plus près, donnant envie de s'y baigner. Il faut faire d'ailleurs très attention à bien rester sur les petites départementales qui collent à la rivière sous peine de se retrouver orienté vers des voies rapides assez circulantes, qui doivent être très pratiques pour les habitants du coin, mais ne correspondent pas à ce que nous sommes venus y chercher.

 

Repas du midi à Saint Privat d'Allier, bled improbable accroché à la montagne et pourvu de tout le confort moderne: une épicerie-bar snack-station d'essence-bureau de tabac-relais postal-hotel-presse et puis c'est tout! C'est à des détails comme cela que l'on sent vraiment que l'on est loin de tout.....

Dans notre remontée de l'allier, nous perdons la rivière principale au Viaduc de Montauroux et poursuivons sur un de ses affluents, jusqu’à la ville de Langogne et son immense lac de retenue, si vaste et si incongru dans ce paysage de montagne

 

http://www.langogne.com/lac_de_naussac.htm

 

Puis Langogne Vallon pont d’arc par le col de Meyrand. Surtout ne pas oublier ce col, qui vous fait découvrir les montagnes de l’Ardèche, sauvages, D’une beauté troublante, elles sont peu élevées, mais les sommets étant aux environs de 1300 m et le fond des vallées se situant à environ 300 M d’altitude, le contraste est saisissant et on a vraiment l’impression de se trouver en haute montagne. Du moins dés lors que l’on arrive du coté est, vers la vallée du Rhone, car auparavant les plateaux de la haute Loire et de la Lozèrene font pas du tout la même impression. Les routes sont correctes quoiqu’un peu étroites dans la descente du col de Meyrand, surtout si vous avez une voiture de Bataves devant vous.

Arrivée le soir  à l’entrée des gorges de l’Ardèche, nous choisissons de dormir dans un de ces campings industriels dans lesquels s’entassent à l’infini des rangées de Mobil Homes identiques. Le logement est propre, très bien entretenu, calme une fois les bouchons d’oreille solidement enfoncés dans leurs trous. Les cabanes en plastique sont si serrées qu’il est difficile d’ouvrir les volets de sa boite sans être gêné par les murs de la boite voisine, avec l’affluence de l’été et compte tenu de la puissance de la sono distante d’à peine quelques dizaines de mètres, cela doit être dantesque !!! Une expérience sociologique intéressante.

 

Troisième jour les gorges de L’Ardèche

 

http://www.vallon-pont-darc.com/site/

 

http://www.gorgesdelardeche.fr/

 

Le début de la promenade est assez angoissant du fait de la multiplication des boutiques attrape-touristes et des milliers de loueurs de canoës qui décorent les abords de la route, tout cela donnant l’impression d’une gigantesque entrée de foire foraine en pleine nature. Et puis, à mesure que l’on s’avance, les presse-touristes disparaissent et on se retrouve en au milieu des gorges, sauvages, maintenues de manière surprenante dans un état originel qu’aurait pu décrire Pagnol ou Stevenson

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Voyage_avec_un_%C3%A2ne_dans_les_C%C3%A9vennes

 

Traversée de la vallée du Rhône avec ses vignobles, et très vite apparaît le Ventoux, premier sommet des Alpes. La montée jusqu’à la station météo est magnifique, et malgré l’intérêt des virages et la qualité du revêtement il ne faut hésiter à s’arrêter souvent pour profiter du paysage. Attaquer la montée comme un tutaou (suivez mon regard…) serait un vrai crime de lèse paysage !(NDLR: Moi, Paulo La Mana, j'vois pas vraiment "qui" il semble évoquer...Mais j'dis que si c'est si beau que ça, ch'uis d'accord, on monte -cool- une première fois en faisant des photos et tout et tout. Et la seconde montée, ben... on fait les flashes qui manquent aux premières photos avec les reposes-pinces !!! Yiiihaaaaa !...)

 

http://www.google.fr/images?hl=fr&q=mont+ventoux&um=1&ie=UTF-8&source=univ&ei=o6kLTKaUDpKI4gb-h6iRAQ&sa=X&oi=image_result_group&ct=title&resnum=5&ved=0CEcQsAQwBA

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Ventoux

 

Descente par Sault, moins joli et intéressant que la montée par le Nord, mais qui donne accès aux merveilleuse et peu connues ( en tout cas je ne les connaissais pas !!) gorges de la Nesque :

Une route sauvage, plusieurs passages en tunnel, des gorges rappelant par leur aspect et leur profondeur les gorges de Tarn, personne hormis des touristes, Néerlandais pour la plupart et tous cyclistes ! Court, mais intense beau.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gorges_de_la_Nesque

 

http://www.google.fr/images?um=1&hl=fr&tbs=isch%3A1&sa=1&q=gorges+de+la+nesque&btnG=Rechercher&aq=f&aqi=&aql=&oq=&gs_rfai=

 

S’ensuit Roussillon en Lubéron, magnifique village assorti où toutes les maisons sont badigeonnées de l’ocre sur lequel le village est construit. Visuellement attrayant, mais je ne m’arrête même pas car même un 27 mai, en semaine, cinquante camping cars et douze autobus étaient stationnés devant le village, plus les voitures : impossible de garer une moto !!!

 

http://www.google.fr/images?um=1&hl=fr&tbs=isch%3A1&sa=1&q=roussillon+en+luberon&btnG=Rechercher&aq=f&aqi=&aql=&oq=&gs_rfai=

 

http://www.roussillon-provence.com/

 

Nous entamons le retour vers le Périgord, avec une escale à Fontaine de Vaucluse, 800 mètres de pièges à touristes aller, 800 Mètres retour avant de découvrir cette merveille de la nature qui débite une eau d’un vert profond exploitée depuis les Romains et probablement avant. Pour ne rien dépenser il faut vraiment être fort dans sa tête.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_de_Vaucluse

 

Ensuite traversée des Alpilles, restes saugrenus des plateaux calcaires environnants laissés intacts par les Rhônes. Là aussi très court, mais très beau. Arrivée le soir chez mon vieux pote Le Général Minuit ( !?...) qui nous sert un grog dont la recette ferait gagner les 24 heures du Mans à une bécane française !! Il fallait bien cela pour fêter trente années de séparation !

                                                            

Dernier jour. Retour par l’autoroute pour des raisons de timing. Nous vous recommandons particulièrement la portion Arles Nimes sur laquelle les ASF ont réalisé des rainures longitudinales qui donnent l’impression de conduire avec les deux pneus crevés et 25 grammes d’alcool par litre de sang !

 

L’A75 nous conduit rapidement vers Millau, puis la traversée du Massif central par l’Aveyron et son superbe réseau routier sur lequel on peut rouler plus rapidement, et surtout plus sereinement que sur l’autoroute, arrivée à Périgueux vers 16H00 par l’A 89. (Beurk... dit Paulo)

 

Un beau voyage de plus dans notre fantastique pays, dommage que nous n’ayons pas été plus nombreux…

Fred